Un système vertueux pour un meilleur bilan carbone

bruno vinet agriculteur

Bruno Vinet est convaincu de la nécessité d’agir sur le bilan carbone des exploitations agricoles. C’est dans cet esprit qu’il a investi dans un bâtiment d’engraissement innovant haute performance en 2016 et adhéré au projet de méthanisation d’ENGIE BiOZ.

Quand ENGIE BiOZ (anciennement VOL-V Biomasse) est venu en 2013 nous pré- senter leur projet de méthanisation avec les élus, j’ai rapidement été convaincu par cette opportunité pour les agriculteurs du secteur” affirme Bruno Vinet, producteur de porcs et de viande bovine. Président de la Cuma, le producteur a vu l’intérêt à l’échelle de son exploitation mais aussi et surtout au niveau collectif pour les agriculteurs du coin. “Au plan individuel, il me fallait des surfaces d’épandage pour mon installation classée. Le contrat avec ENGIE BiOZ est intéressant : j’apporte mon lisier et, en retour, j’ai une prestation d’épandage avec le rendu racine”. Le chantier de l’unité de méthanisation d’ENGIE BiOZ a démarré en septembre 2018 et les premiers retours sous forme de digestat interviendront en début d’année 2020.

Le pipe-line

“Pour aller plus loin, j’ai tout de suite pensé à créer un pipe-line pour relier l’unité de méthanisation à mon exploitation” explique le producteur. Ce lisioduc de 2,5 km sera opé- rationnel dès septembre 2019. “C’est l’idéal, on envoie du lisier de porcs dans une cuve spécifique grâce à une pompe, il n’y a pas d’odeur, pas de tracteur avec tonne. On utilise très peu d’énergie, c’est le bon sens !”. C’est aussi une innovation qui offrira la possibilité de réaliser des épandages sans tonne pour les agriculteurs intéressés. Très acteur dans le projet, Bruno Vinet a proposé à ENGIE BiOZ de prendre en charge l’épandage via la Cuma. “Nous avons décidé d’investir dans une tonne avec pendillards pour être autonomes. Au final, il y aura plusieurs solutions pour les agriculteurs : la Cuma, l’ETA ou l’épandage sans tonne. Notre objectif est de valoriser au maximum le digestat à proximité de l’unité de métha- nisation” explique Bruno.

Une dynamique positive

“Nous avons affaire à des profession- nels constructifs chez ENGIE BiOZ et qui connaissent leur métier. C’est un réel atout pour évoluer ensemble et aller dans le bon sens pour diminuer le bilan carbone” souligne l’agriculteur. Engagé avec Fleury Michon pour produire des porcs sans OGM et sans antibiotiques à partir de 42 jours, Bruno Vinet est satisfait de la dynamique positive mise en place avec la méthanisation collective. “Le système est très vertueux au plan environnemental : avec des déchets, on produit du gaz qui sera valorisé à proximité et on utilise le digestat pour nourrir les cultures destinées à notre élevage qui produit des cochons transformés à côté… Avec mon bâtiment haute per- formance, je suis dans une configuration idéale pour le bilan carbone.“

Gagnant-gagnant

Pour Bruno Vinet, la clé du succès de ce type de méthanisation collective, c’est la participation active des agriculteurs dans le projet et l’écoute mutuelle entre les acteurs. “Quand on est acteur, c’est complètement différent ! Ils ont besoin de nous et nous avons besoin d’eux. Et ce contrat gagnant-gagnant doit nécessairement s’ins- crire dans la durée. La méthanisation, c’est un vrai métier d’experts. Nous, agriculteurs de la commune, considérons que nous avons d’autres domaines à gérer” affirme Bruno Vinet.