Fleury Michon valorise ses déchets sur place

fleury michon usine

Fleury Michon possède sept sites industriels en Vendée. À Chantonnay, le groupe produit du jambon de volailles. Depuis 2018, les déchets sont valorisés dans l’unité de méthanisation d’ENGIE BiOZ, à deux pas. Analyse avec Mehdi Cailleaud, responsable des services généraux en charge du traitement des déchets et de l’environnement pour Chantonnay.

Quel est l’intérêt pour Fleury Michon de collaborer avec ENGIE BiOZ ?

Le groupe Fleury Michon est engagé dans une démarche RSE et a pour objectif de valoriser 80 % de nos déchets. Nous mettons tout en œuvre au quotidien pour limiter notre impact sur l’environnement tout en visant une compatibilité économique et sociétale de nos actions.

Auparavant, nos déchets viandes étaient traités sur un autre site à 70 km d’ici. La valo- risation hyper locale (200 mètres ndlr) de ces déchets est un vrai atout au plan environnemental. Cela permet ainsi des conditions économiques de reprise de ces déchets plus avantageuses.

Vous êtes aussi des consommateurs de gaz produit par l’unité de méthanisation de Chantonnay ?

Oui, nous sommes des gros consommateurs de gaz, car nous avons besoin de vapeur d’eau pour produire nos jambons. Nous sommes raccordés sur le réseau GRDF dans lequel est injecté le biométhane. Le gaz alimente la chaudière principale de l’usine pour produire de la vapeur destinée à la cuisson. Nous avons également des fours à gaz.

Pour Fleury Michon, il est donc très intéres- sant de consommer ce gaz naturel local issu de la méthanisation, produit à partir de nos déchets.

Quelles relations entretenez-vous avec ENGIE BiOZ ?

Les 7 sites du groupe Fleury Michon envoient leurs déchets sur le site de la Centrale Biométhane de Chantonnay qui a été développée et est exploitée par les équipes d’ENGIE BiOZ.

Le système est bien rodé. De notre site de Chantonnay, une benne part chaque semaine, ce qui représente 5 à 6 tonnes de déchets organiques. Nous faisons des points régu- lièrement. Nous sommes étroitement liés en termes de volumes d’activité et de production de gaz. ENGIE BiOZ est en contact régulier avec nous pour anticiper et adapter la fréquence des enlèvements à notre niveau de production. De plus, il nous arrive aussi d’avoir à traiter des déchets conditionnés, suite à des incidents de production.

ENGIE BiOZ s’est adapté à cette contrainte et a mis en place un système de décondition- nement mécanique. C’est une belle avancée, et qui augmente notre taux de valorisation des déchets, car ces matières conditionnées seraient enfouies si elles n’étaient pas valorisées par la méthanisation. D’une manière générale, nous sommes très satisfaits de la qualité de service et de l’écoute d’ENGIE BiOZ.

Par ailleurs, un travail est mené pour adapter production et consommation de biogaz pour valoriser l’ensemble du biométhane produit. Nous innovons et construisons des solutions ensemble.

Valorisation locale des déchets, utilisation de l’énergie sur place, on est vraiment dans l’économie circulaire ?

Oui, complètement ! Nous sommes dans un cercle vertueux qui combine sur une échelle très locale, le traitement de nos déchets, leur transformation en gaz par la Centrale Biométhane de Chantonnay et l’utilisation du gaz sur nos sites de production Fleury Michon. Il est sans doute possible d’aller encore plus loin dans cette logique. Par exemple, nous avons un projet d’étude pour utiliser le gaz comme carburant pour le transport de nos produits.